lundi 10 juillet 2017

Le "flow" et le talent...





L’œil de la mouche : talent et lâcher prise


Le philosophe allemand Eugen Herrigel a publié en 1948 un petit livre passionnant : "le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc ", collection l’être et l’esprit (édition Dervy). 


..........................................................


"En 1923, lors d'un voyage au Japon, il rencontre à Tokyo le grand maître du tir à l’arc, Kenzo Awa, afin de s’initier à la pensée japonaise, et en particulier au Zen.

Le maître lui demande s’il se sent capable de toucher le cœur de sa cible dans le noir et, pour lui prouver que c'est faisable, il en fait la démonstration en affirmant : "Le mérite ne m’en revient pas. Ceci est arrivé car j’ai laissé "quelque chose" agir en moi. C’est ce "quelque chose" qui a permis que les flèches se servent de l’arc pour s’unir à la cible ". 


"L’archer cesse d’être conscient de lui-même en tant que personne appliquée à atteindre le cœur de la cible qui lui fait face. Cet état d’inconscience est obtenu uniquement quand, complètement vidé et débarrassé de soi, il devient UN avec l’amélioration de sa technique, bien qu’il y ait là-dedans quelque chose d’un ordre tout à fait différent qui ne peut être atteint par aucune étude progressive de l’art ». Suivre le lien



Le Flow survient quand l’œil, la flèche et la cible ne font qu’un.

L'accomplissement du talent est incompatible avec la rivalité des égos qui sépare le Moi, l'outil et la cible...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire