lundi 19 décembre 2016

Des bonheurs de lecture



L’œil de la mouche : chaque vie est un roman



La lecture est un amplificateur de vie et la clef de la liberté. Elle donne à chacun la possibilité d’entrer dans l'univers inconnu, proche et différent, de nos semblables. Elle nous ouvre des portes et des fenêtres sur le monde tel qu’il apparait aux autres, sur des expériences que nous ne vivrons jamais, sur des sentiments, des sensations, des impressions qui peuvent être les nôtres mais qui peuvent aussi nous être complètement étrangers. Elle nous permet de mettre en mots ce que nous éprouvons sans toujours savoir l’exprimer.

Voici, entre autres, quelques romans, découverts ou relus, qui m’ont permis, cette année, de ne pas perdre foi dans l’espèce humaine. Ils ont un point commun : la tendresse lucide, l’humour léger qui permet de supporter la barbarie et la folie de l'actualité et, bien sûr, le talent des conteurs.

Il y a des hasards de lecture, comme si certains romans arrivaient dans nos mains en cristallisant un motif. J'ai découvert après coup un fil conducteur que je n'avais pas aperçu en choisissant de les lire : le changement d'époque et les bouleversements qu'il amène dans la vie et la psychologie des personnages, la manière dont ce changement est vécu, thème qui fait écho à ce que nous sommes en train de vivre. C'est le cas  pour L'amie prodigieuse, pour Une saison amère. Ce n'était pourtant pas l'effet d'un choix, ces livres me sont arrivés par hasard, en rangeant ma bibliothèque, offerts par une amie ou recommandés par d'autres lecteurs...

Une relecture : John Steinbeck. Une saison amère.
J'aime tous les romans de Steinbeck, je me sens en résonance avec sa voix et il enrichit mon paysage mental et vital. Une saison amère est peut-être mon préféré. Le titre ne reflète pas l'humour et l'humanité de ce roman qui est un des derniers que Steinbeck ait écrit et qui met en scène, avec profondeur et légèreté, les dilemmes existentiels d'un homme honnête aux prises avec la frénésie de richesse et le matérialisme de son entourage.

Une découverte : Elena Ferrante. L'amie prodigieuse. 2 tomes, le troisième est à paraître début janvier en traduction française.
J'ai été happée par ces romans sans doute parce que je les ai compris de l'intérieur, pour très bien connaître la Sicile et les siciliens qui font partie, entre autres, de mon enfance. Mais de plus, la richesse et la densité des personnages, la fresque d'une époque, le talent sans effort qui coule de source et la magistrale traduction en font une aventure de lecture inoubliable.

Une découverte : Frank Conroy. Corps et âme.
Une enfance déshéritée, illuminée par une passion irrépressible pour la musique qui vaincra tous les obstacles. Un roman hors norme, hors catégorie et magnifique, sur ce langage de l'âme qu'est la musique et sur les extases et les angoisses d'un don qui se réalise...


 Bonne lecture et bonne fin d'année !



 

1 commentaire:

  1. Bonjour ,

    J'ai lu et relu L’art du bonheur » par le Dalaï-Lama, il est pour moi le livre référence pour comprendre la valeur de notre vie!

    RépondreSupprimer