mardi 22 novembre 2016

L'appât du gain et les faiseurs de rois





L’œil de la mouche : Hold-up médiatique.


Les médias américains battent leur coulpe : obnubilés par l'audimat et les recettes publicitaires, coupés du pays profond et isolés dans leur bulle, il disent ne pas avoir vu venir le phénomène Trump.

Ont-ils vraiment été aveugles ou ont-ils vendu leur âme pour une poignée de dollars ? Donald Trump et ses excès mobilisait très bien le temps de cerveau disponible des électeurs et les recettes publicitaires se sont envolées vers des sommets inédits.

En mettant en scène des combats de gladiateurs politiques qui font appel au cerveau limbique des électeurs, les médias et les réseaux sociaux américains ont contribué fortement à promouvoir un ersatz de Spartacus.

Un ersatz, car contrairement à Spartacus, le vainqueur de cette élection étonnante ne souhaite pas du tout changer le système. Il s'entoure de personnages issus de ce système, peu désireux de partager le gâteau, mais très désireux d'en accaparer, pour eux et ceux de leur clan, un plus gros morceau. Business as usual...


...................

« Les médias ont des excuses. Le phénomène Trump a consacré l'irruption brutale de la télé-réalité et de ses codes dans le monde politique. Mais ce n'est pas tout à fait une surprise.

Dès 1961, l'historien Daniel J. Boorstin avait dénoncé la « fabrique d'illusions », une théorie selon laquelle « nous nous habituons à nos illusions que nous prenons pour la réalité ». 

En 1980, le politologue Michael Robinson avait inventé le terme de « médialités » pour décrire les développements ou situations « auxquels les médias donnent de l'importance en les accentuant, les soulignant ou les mettant en scène d'une façon telle que leur signification est modifiée, déformée ou obscurcie ».

Lisez l’article complet, très intéressant, ci-dessous
http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20161115.OBS1196/donald-trump-recit-d-un-hold-up-mediatique.html

...................


Et en France ?

 Les médias et les instituts de sondage « vont de surprise en surprise ».


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire