samedi 3 septembre 2016

Intelligence numérique ?





Billet d’humeur : gaspillage...

Cher LinkedIn, comment diable utilisez-vous vos « data » ?

Je reçois chaque jour, sur l’encart publicité de ma page d’accueil, des propositions ahurissantes accompagnées de ma photo : rejoindre telle ou telle entreprise, m’imaginer travailler dans telle ou telle autre qui recherche des candidats  comme moi…


Cher LinkedIn, vous n’avez pas dû consulter sérieusement mon profil.

Je ne recherche pas un emploi et je ne suis candidate à rien du tout.
Je n’ai rien à faire avec une entreprise de technologie ou avec l’industrie pharmaceutique.
Je suis un électron libre et je n’ai rien à vendre.

Cher LinkedIn, vous devez dépenser des sommes folles en logiciels de traitement des données.


Je vais vous indiquer un bon moyen de faire des économies :
la lecture…

3 commentaires:

  1. S'il n'y avait que LinkedIn...
    Ce que les différents sites appellent pudiquement « cookies » et que l'on devrait appeler logiciels espions ou mouchards électroniques, ne sont là que pour matraquer les utilisateurs avec ce qu'ils appellent hypocritement des « publicités en rapport avec vos centres d'intérêt ». Ils ne peuvent pas concevoir l’existence de relations non commerciales. Il suffit que vous ayez ouvert par mégarde un site quelconque pour être envahi par ces parasites. Je fais régulièrement un nettoyage par le vide de ces « cookies », mais pour les sites régulièrement visités, c’est peine perdue.
    Mais ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain : après tout, c’est grâce à ce réseau que j’ai fait votre connaissance, comme celle des autres intervenants sur le forum sur le bon usage de la langue française, contrairement à la majorité des sites qui piratent vos données sans rien offrir en échange.
    Un dernier exemple de ces tentatives d’intrusion insupportables. J’ai téléchargé sur mon « smartphone » l’application Météo France. Il m’a été proposé une mise à jour – que j’ai refusée – me demandant d’avoir accès à mes données personnelles et à la liste de mes contacts ; la première installation ne me demandait d’avoir accès qu’à ma localisation, ce qui est relativement logique.
    Le cauchemar décrit par George Orwell en 1984 est malheureusement en deçà de la réalité, puisque ce sont les individus eux-mêmes qui se livrent sur les réseaux « sociaux ».

    RépondreSupprimer
  2. Merci Xavier pour ces réflexions que je partage complètement. L'ère de la quantité...

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui m'a mis le plus en colère, c'est de constater que Google ayant acheter différents sites, a jugé bon de regrouper sur une page "profil" que je n'ai pas demandée et que j'ai découvert par hasard en voulant régler des paramètres, différents pseudos que j'utilisais pour différents sites pour lesquels je ne voyais pas l'utilité d'indiquer mon identité. Tout ceci parce qu'il s'agit du même IP. Conclusion, le viol des identités est une constante sur internet et si une famille utilise un seul ordinateur, elle ne peut avoir de vie privée les uns par rapport aux autres. En conséquence, j'ai désactivé tous les comptes liés et j'utilise des adresses anonymes pour les sites qui m'intéressent sans avoir besoin d'y laisser des traces inutiles. Ce n'est plus possible sur youtube et beaucoup demandent la confirmation par mobile de façon à piéger vos téléphones après avoir piégé vos PC.

    RépondreSupprimer