lundi 23 mars 2015

Uberiser ou être uberisé ?


Développer son esprit critique, compétence essentielle...


L’Ingénu en Gaule : de l'utilité de la prospective

La langue française s’est enrichie ces temps-ci, d’une nouvelle expression : « Se faire Uberiser ». Elle a de l’avenir…

Cette expression renvoie à l’initiative de la société Uber, qui concurrence le monopole des taxis en créant une activité de VTC (voiture de tourisme avec chauffeur) en pleine expansion.

« Tout le monde commence à craindre de se faire Uberiser. C'est l'idée qu'on se réveille soudainement en découvrant que son activité historique a disparu... Les clients n'ont jamais été aussi désorientés ou inquiets au sujet de leur marque et de leur modèle économique » déclare Maurice Lévy, patron de Publicis.
"On se réveille soudainement"...

Explication de texte :
« Se faire Uberiser » = s'endormir sur le rôti, au chaud, béat, pattes en rond ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire