mercredi 18 mars 2015

A lire d'urgence.



L’œil de la mouche : « Temps glaciaires », le dernier roman de Fred Vargas.

Un fantastique télescopage dans l’espace-temps : on saute de Robespierre, Danton, Fouché et Desmoulins, prenant la parole à l’ombre de la guillotine lors d’une reconstitution costumée et secrète de la Convention qui fait revivre la terreur, à une île gelée en Islande, hantée par des fantômes et des cannibales, sans perdre le contact avec des règlements de comptes familiaux actuels et sanglants.

Le fil qui relie ce grand écart entre fantastique et prosaïsme, passé et présent, folie et rationnel,  qui permet de trouver le bout de cette « pelote d’algues » sous-marine embrouillée qu’il faut démêler, c’est le commissaire Adamsberg, « pelleteur de nuages », intuitif lunaire, marcheur tendre et détaché, avec des fulgurances illogiques qui le conduisent droit à l’assassin, tapi au cœur de cette intrigue.

Vargas, inoubliable et inclassable, qu’il serait dommage de cantonner au « Rom Pol ». Elle a le génie d'une petite musique unique et envoutante qui ressemble à une drogue très addictive : une fois qu’on y a goûté, on ne peut plus s’en passer…

Vivement le prochain !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire