lundi 13 octobre 2014

La crise de l'emploi et le chômage.






L’œil de la mouche : contrôler, radier... pour remobiliser.

"Selon les Échos, Pôle Emploi se prépare à généraliser un dispositif de contrôle des chômeurs. La direction déclare que l'expérimentation a été menée afin de "remobiliser les chômeurs découragés", non "à des fins de sanctions". 

Il faut renforcer le contrôle des chômeurs…
"Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve et l'on ouvre à celui qui frappe" dit l’évangile. 

Et s’il n’y a rien à offrir, rien à trouver, portes fermées ?

Et si, pour une offre, les critères de recrutement sont tellement rigides qu’il est impossible de passer à travers les mailles du filet ?

Et si les recruteurs recherchent le candidat "couteau suisse", bon à tout faire et qui soit jeune diplômé et expérimenté, leader et discret, ni trop beau, ni pas assez, ni trop jeune, ni trop vieux, marié mais sans enfants, stable et mobile, blond et rose et Gaulois, expert en numérique et littéraire, motivé mais pas trop ambitieux… ?

 Contrôler 4 millions de chômeurs, est-ce vraiment la solution au problème ?

Face au raz-de-marée du chômage, faudra-t-il en arriver à exiger qu'un chômeur montre patte blanche et qu'il fournisse des informations sur :
Ses antécédents familiaux.
Le nombre de ses amis.
Son compte en banque et ses avoirs.
Son casier judiciaire.
Sa situation conjugale.
Ses opinions politiques.
Le résultat d’un contrôle pour savoir s’il fume (et quoi).
Son dossier médical et son carnet de vaccinations.
Un électrocardiogramme récent.
Son génome complet ?

Pour l’instant, ces données sont, hélas, protégées par la loi. 

Patience, avec un peu de travail de lobbying, l’obstacle ne devrait pas être insurmontable...

Il existe d'autres solutions que de culpabiliser les chômeurs, d'amputer les allocations ou de supprimer le CDI.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire