lundi 9 juin 2014

Recrutement des élites



Billet d’humeur.

Cette nuit, j’ai fait un rêve idiot.

J’ai rêvé que des experts en recrutement, psychologues, psychiatres, sociologues, anthropologues, ethnologues, sémiologues, déontologues, synergologues, faisaient passer un entretien public, à une heure de grande écoute, à tous les candidats à de hautes responsabilités politiques et faisaient part de leurs conclusions.
(En fait non, plusieurs entretiens.)
(En fait, tenez, au moins cinq entretiens, comme le font certains recruteurs qui recherchent le Graal : citoyens de France ou d'Europe, nous le valons bien, peut-être ?)

La 1ère étape de ces entretiens rêvés consistait en une épreuve écrite
  • Une dictée. (Trois fautes = zéro.)
  • Un QCM de culture générale (portant sur les connaissances en histoire, géographie, géopolitique mais aussi en littérature, économie, technologie de l'information et de la communication, sociologie et philosophie, y compris philosophie des sciences… sans oublier la grammaire).

La 2ème étape consistait en une épreuve orale, avec des questions qui permettaient d’apprécier
  • L’aisance verbale (vocabulaire riche, langage élégant et fluide, liaisons prononcées, articulation claire, rhétorique en bon Français soutenu… Bon, le vainqueur est tout de même censé représenter la patrie des lumières et la langue de Molière, non ?).
  • La pertinence du profil pour une fonction internationale dans un monde globalisé : un entretien en Anglais et un autre en Allemand par exemple, (trilingue nécessairement, épreuve éliminatoire). 
  • Des questions sur les valeurs : réponses sanctionnées par un zéro pointé pour la langue de bois ("prouvez ce que vous dites avec des exemples vécus et vérifiables..."). 
  • Une question subsidiaire à laquelle les postulants devaient apporter une réponse crédible, validée par un détecteur de mensonges : "Qu’est-ce que l’éthique pour vous ?" (Étaient éliminés ceux qui s'abritaient derrière Machiavel, la realpolitik ou ceux qui pratiquaient une variante du jeu de bonneteau).

La 3ème étape s'attachait à une évaluation psychologique
  • Profilage et analyse du langage non verbal. (Sourire avec les dents, mais pas avec les yeux ? Au suivant...)
  • Batterie de tests de personnalité. (Une très très grosse batterie.) 
  • Mise en situation du type gestion de crise (la crise : alerte nucléaire ou délinquance financière avérée d'un haut responsable). 
  • Tests d’intelligence (toutes les formes d’intelligence, y compris émotionnelle, pas seulement celles révélées par le QI). 
  • Analyse des résultats d’une enquête de moralité (très très approfondie, l'enquête).

Et en prime, une question piège : "Combien voulez-vous gagner ?"

A votre avis, dans mon rêve idiot, combien d’acteurs politiques ont-ils été sélectionnés par les experts en recrutement ?

1 commentaire:

  1. excellent rêve, et à mon avis O, aucun n'a passé la première étape !

    RépondreSupprimer