lundi 25 novembre 2013

L'homme potentiel



L’œil de la mouche : non ! il n’est pas trop tard.

«Vieux bureaucrate, mon camarade ici présent, nul jamais ne t’a fait évader et tu n’en es point responsable. Tu as construit ta paix à force d’aveugler de ciment, comme le font les termites, toutes les échappées vers la lumière.

Tu t’es roulé en boule dans ta sécurité bourgeoise, tes routines, les rites étouffants de ta vie provinciale, tu as élevé cet humble rempart contre les vents et les marées et les étoiles. Tu ne veux point t'inquiéter des grands problèmes, tu as eu bien assez de mal à oublier ta condition d'homme. Tu n’es point l’habitant d’une planète errante, tu ne te poses point de questions sans réponse : tu es un petit bourgeois de Toulouse. Nul ne t’a saisi par les épaules quand il était temps encore.

Maintenant, la glaise dont tu es formé a séché, et s’est durcie, et nul en toi ne saurait désormais réveiller le musicien endormi ou le poète, ou l’astronome qui peut-être t’habitait d’abord».
Antoine de Saint Exupéry. Terre des hommes


De toutes les phrases que nous pouvons prononcer, 
la plus triste est sans doute :
 "Cela aurait pu être".
Ne laissons pas la glaise sécher.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire