vendredi 19 avril 2013

Le chômage, à qui la faute ?




Remue-méninges : billet d'humeur.
« Je suis tombé par terre, c'est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau. »

Pour Angela Merkel, le SMIC est responsable du chômage en Europe.

"La chancelière allemande qui se pose en défenseur de l'emploi en Allemagne, voit dans le salaire minimum généralisé dont l'Allemagne est dépourvue, la raison qui explique que "de nombreux pays en Europe ont un taux de chômage bien plus élevé que chez nous, du fait que les salaires et le rendement ne sont pas en rapport".
L'expansion, lien en bas de page

Elle est pleine de bon sens, cette dame.
Les salariés coûtent trop cher et empêchent les entreprises, leurs dirigeants et leurs actionnaires de s’enrichir en rond.

La preuve ? Chaque fois que des grands groupes licencient, leur valeur en bourse augmente. Lorsqu'ils n’auront plus de salariés du tout, leur valeur crèvera tous les plafonds.

Il faut l’aider, cette dame.
Exercice pratique : chaque employé, non payé, serait attaché à son poste de travail par un collier de fer et on lâcherait les chiens sur la piste de ceux qui tenteraient de s’enfuir.

Nul doute qu’alors, les profits des entreprises explosent, démontrant que la chancelière a raison et qu’il faut en revenir à ce qui a fait la richesse des empires romains et égyptiens : l'esclavage.


Aujourd'hui en Allemagne, 6 millions de personnes travaillent pour moins de 8 euros de l'heure, 2,5 millions pour moins de 5 euros, en cumulant deux emplois précaires.

Un article de l'Expansion sur ce sujet, ici

4 commentaires:

  1. Plus intéressants que l'article de l'Expansion recommandé sont certains commentaires joints à cet article.
    Il faut tenir compte aussi des mentalités nationales : les allemands préfèrent travailler (même pour 8 euros de l'heure) honorant ainsi la valeur "travail", plombant moins les comptes de leur Pôle Emploi, et contribuant à l'économie de leur pays, les français, nombreux en tous cas, sinon tous, préfèrent faire la grasse matinée et compter sur le RSA et autres aides.
    L'économie allemande est plus dynamique, créative, exportatrice...
    Madame Merkel n'est pas aussi critiquable que la caricature faite dans cet article et n'en mérite pas l'ironie primaire. Une réflexion moins tendancieuse et plus objective montrerait que sa thèse se justifie grandement.

    RépondreSupprimer
  2. http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20130418.OBS6269/l-economie-allemande-respire-les-chomeurs-etouffent.html

    RépondreSupprimer
  3. Votre jugement est réducteur et discriminatoire. Je ne vous connais pas, mais iriez vous travailler pour 8 euros de l'heure. Avez-vous autant de ressource et êtes-vous en grande sécurité pour y échapper ? La société occidentale vit une régression de la démocratie, de la liberté en terme du droit au travail, au logement et à la l'accès à la nourriture. Sans aller jusqu'à la notion d'esclavagisme, alors que les pays africains sortent, lentement certes, de l'exploitation humaine. Nous, nous y retournons. Le résultat : un poignée d'hommes récoltent le fruit du travail d'autrui et exploite les ressources vitales pour faire de l'espèce humaine, des marionnettes.
    Nombre de civilisations se sont effondrées pour moins que cela ! A suive, donc...

    RépondreSupprimer
  4. Il ne faut pas prendre ce billet d'humeur au premier degré, cher anonyme ! C'ètait de l'ironie...

    RépondreSupprimer