lundi 11 février 2013

"J'ai de la chance"...




Remue-méninges : sommes-nous chanceux par hasard ?

En mythologie, la chance est une divinité représentée sous les traits d'une femme chauve par derrière avec une longue tresse de cheveux par-devant. 

Il faut donc la saisir par les cheveux au moment où elle passe et ne pas attendre qu'elle nous ait tourné un dos déplumé...

Est-ce que la chance aurait un air de famille avec la faculté de voir et de saisir rapidement les opportunités ? Ou la capacité à les faire naître en étant ouvert, curieux et sans idée négative préconçue sur soi et sur le monde ?

Si nous lançons des balles en l'air, une au moins retombera dans nos mains, beaucoup plus si nous sommes adroits. 

Histoire vécue
Édouard* est titulaire d'un BTS MUC (Management des Unités Commerciales). Il est conseiller clientèle depuis dix ans, il a réussi à obtenir peu à peu, en formation continue à distance, avec beaucoup de travail et d'investissement personnel,  une licence et un Master en vente et négociation. 

Dans son entreprise, pas de possibilité d'évolution. Il tente de mettre le nez à la fenêtre mais toutes ses candidatures externes, depuis un an, reçoivent des réponses négatives. Il commence à baisser les bras.

Il entend parler du bilan de compétences. Il se dit "pourquoi pas ?", commence à prendre contact avec des centres et à monter son dossier de demande de prise en charge financière par un OPACIF. En même temps, il repère une offre qui avait déjà paru trois mois auparavant, à laquelle il avait postulé, sans succès.
Comme on jette une bouteille à la mer, il renouvelle sa candidature, en expliquant poliment pourquoi il pense correspondre au profil recherché et à quel point il a été déçu de la réponse négative reçue.

Il aurait pu être en colère, il aurait pu être déprimé, il aurait pu être amer, il aurait pu vitupérer contre le manque de professionnalisme de l'entreprise, il aurait pu dire : "A quoi bon ?", il aurait pu laisser passer cette annonce... Il a choisi de renouveler sa candidature.

Juste avant de commencer le bilan, il reçoit une invitation à un entretien et il est recruté très rapidement, avec le statut de cadre, une mission intéressante et une augmentation de revenus très substantielle. 

Hasard bien sûr... Aucun rapport entre le bilan et un recrutement qu'il n'espérait plus, le bilan n'y est pour rien. 
Mais hasard que j'ai vu se produire, en vingt ans d'accompagnement professionnel, tellement souvent qu'il met en question les probabilités statistiques.

Je ne sais pas l'expliquer. Je ne sais pas s'il y a une explication. Mais une chose est sûre : la décision de faire quelque chose pour lui, au lieu de subir sa situation comme une fatalité, a développé son estime de soi et cette estime lui a permis de renouveler une candidature qui avait déjà été refusée. 


Il a saisi la chance par les cheveux.

* Le prénom a été changé par respect de la confidentialité

Retrouvez tous les billets du blog sur Scoop it
Compétences, emploi et mobilité 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire