lundi 21 janvier 2013

Les faits... boule de neige



L’œil de la mouche : radio moquette ou comment le scandale arrive.

Voici un document dont j'ai hérité et dont je me suis beaucoup servi en introduction de séminaires pour illustrer des dérives de communication. Il est bien connu des consultants mais son succès est toujours assuré ...



Les faits
L’ingénieur a marché sur la queue du chat, le chat l’a mordu.

Compte rendu du chef de service au chef de section.
L’ingénieur a marché sur la queue du chat, le chat l’a mordu.
Conclusion : l’ingénieur souffre et il ne peut plus marcher.

Rapport du chef de section au chef de division.
Cet abruti d’ingénieur a marché sur la queue d’un brave chat. Le chat l’a mordu et il a eu raison. L’ingénieur souffre, c’est bien fait pour lui. Il ne peut plus marcher. C’est une bonne occasion pour le mettre à la porte.

Rapport du chef de division au chef de département.
D’après le chef de section, nous avons un imbécile d’ingénieur qui souffre des pieds après avoir marché sur la queue d’un brave chat qui l’avait mordu. D’après le chef de section, c’est le chat qui avait raison. Nous partageons l’opinion du chef de section car, même si on est mordu, ce n’est pas une raison pour marcher sur la queue des autres. Nous envisageons de mettre cet ingénieur à la porte.

Rapport du chef de département au directeur des études.
D’après le chef de division, le chef de section est devenu idiot parce qu’un de ses ingénieurs ne pouvait plus marcher à la suite d’une altercation avec un chat. Le chef de section indique que c’est le chat qui a raison puisque c’est l’ingénieur qui a bravé le chat en lui mordant la queue. Le chef de division veut mettre l’ingénieur à la porte. A la réflexion, cette décision pourrait déboucher sur un procès et ce serait folie dans le contexte actuel. La meilleure solution consisterait à mettre le chef de section à la porte.

Rapport du directeur des études au PDG.
Le chef de département est devenu fou parce que son chef de section a écrasé un ingénieur qui avait mordu son chat. Le chef de section prétend que c’est le chat qui a raison. De toute évidence, ce chef de section est un imbécile et le chef de département envisage de le mettre à la porte. Toutefois, l’expérience a prouvé que les abrutis n’ont jamais entravé la bonne marche de l‘entreprise. C’est pourquoi nous pensons qu’il est préférable de nous séparer du chef de département.

Rapport du PDG au conseil d’administration.
Le directeur des études me signale qu’un chat est à l’origine de troubles graves au sein de l’entreprise. Les chefs de section deviennent de plus en plus stupides et veulent avoir raison des chefs de départements qui sont en train de devenir fous.
Le chef de division a écrasé un ingénieur et le directeur des études, traumatisé, prétend que seuls les idiots sont capables de maintenir la bonne marche de l’entreprise. Nous envisageons de le mettre en retraite anticipée.

Pour faire déraper l'information, c'est simple :
 il suffit de confondre les faits, les sentiments, les opinions, les jugements de valeur...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire