samedi 22 décembre 2012

Petits cadeaux de fin d'année



Remue-méninges : "Oui, mais quelle est la question ?"

C'est le titre du dernier livre de Bernard Pivot, que j'aime fidèlement depuis longtemps. (Il ne le sait pas, mais ce n'est pas grave, il me suffit qu'il existe).

Bernard Pivot est un grand questionneur. Moi aussi... "Qui êtes-vous ?" C'est ma question de tous les jours, même si je ne la pose pas de cette manière.

Tout bien réfléchi, je pense que la curiosité est un des moteurs de ma vie. J'en ai même fait mon métier.

Non pas la curiosité en tant que fouinage indiscret, mais celle qui prend sa source dans un grand intérêt pour les autres, leurs choix de vie, la manière dont ils les font, celle dont ils voient le monde : à quoi ressemble t-il par la fenêtre de leurs yeux ?

Par bonheur, je rencontre beaucoup de monde, mais mon emploi du temps a des limites. Les livres me permettent de démultiplier les rencontres et d'entrer en relation avec des histoires de vie et des personnes que je n'aurais pas eu l'occasion de croiser.

Les jours où la grisaille l'emporte, ceux où mon incurable optimisme prend une claque et flanche, ceux où je ne suis pas très fière des bipèdes mes frères, où une légère nausée me prend à la lecture de la presse, je me replie vers quelques-uns de ces livres qui me rendent le sourire et de l'amitié pour mes congénères.

A la fin de cette année difficile pour tous, je voudrais partager avec vous quelques pilules de bonheur.
A supposer que vous ne les ayez pas déjà lus :

John Steinbeck, pour son humour lucide et généreux
Tendre jeudi
Rue de la sardine 
Une saison amère
Et, bien sûr, à l'est d’Éden.

Jack London, pour la magie des histoires et de celle-là en particulier :
La petite dame dans une grande maison.

Alexandre Dumas, pour le rythme trépidant du récit, l'allégresse et la joie de vivre d'avant la dernière des blessures narcissiques. (Ah, Porthos !)
Les trois mousquetaires

Dan O'Brien, pour l'amour de la nature et une belle aventure. 
      Les bisons de Broken Heart 

Jorn Riel, pour ses racontars désopilants et son humanité.
La vierge froide et autres racontars
      Des racontars arctiques
Un gros bobard et autres racontars
Une passion secrète de Fjordur

Ils ont des points communs : l'humour, la joie de vivre malgré les difficultés et de la bienveillance.
Pour ceux qui fêtent Noël : joyeuses fêtes !
Pour les autres, bonne fin d'année ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire