mercredi 3 octobre 2012

Rumeurs, ragots et médisances


L’œil de la mouche : les trois tamis. (Attribué à Socrate, sans certitude.)

Un jour quelqu'un vient voir Socrate et lui dit :
– "Écoute Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s'est conduit.
– Attends ! As-tu d'abord passé ce que tu veux me dire à travers les trois tamis ?
– Des tamis, quels tamis ?
– Vérifions si ce que tu as à me dire résiste au filtre de ces trois tamis". 

"Le premier est celui de la vérité. As-tu contrôlé si tout ce que tu veux me raconter est vrai ?
– Non, je l’ai entendu raconter et... 
– D'accord. Mais bien sûr, tu l’auras fait passer à travers le deuxième tamis ?".

"C’est celui de la bonté. Ce que tu veux me raconter, si ce n’est pas tout à fait vrai, est-ce au moins quelque chose de bon ?
– Non, ce n’est pas quelque chose de bon, au contraire...
– Essayons alors de nous servir du troisième tamis".

"C'est celui de l'utilité. 
Est-il utile de me raconter ce que tu as envie de me dire ?
– Utile ? Pas précisément"...

"Si ce que tu as à me dire n’est ni vrai, ni bon, ni utile, je préfère ne pas le savoir, et quant à toi, je te conseille de l’oublier".

Si nous utilisons la méthode de Socrate, nous risquons bien d'assécher et de stériliser la conversation lors des diners en ville (ou autour de la machine à café), non ?


C'est peut-être pourquoi Socrate, 
ce dangereux trublion,
cet agitateur d'idées, 
a été condamné à boire la cigüe...


2 commentaires:

  1. Ben alors c'est quoi cette mode du ragot ? Un autre billet sur ce thème http://ow.ly/eBl7L

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien, le billet en question joue avec le feu ! Le mien relève de l'ironie socratique, enfin, je l'espère !

      Supprimer