dimanche 1 juillet 2012

Les compétences sociales



L'oeil de la mouche : de l'intérêt d'être aimable et serviable...


D'après Charles Perrault. Contes de ma mère l'Oye. Les fées.

Il était une fois, une veuve qui vivait seule avec ses deux filles.
L'aînée lui ressemblait, laide, désagréable et orgueilleuse.

La cadette, par contre, était aimable, souriante et belle. Mais elle était très malheureuse car sa mère, jalouse, ne l'aimait pas. Elle la faisait travailler toute la journée, sans arrêt.
- "Va chercher de l'eau à la source ! Et vite ! Dépêche-toi !"

Et la pauvre fille prenait un grand seau et allait loin jusqu'à la source. 

Un jour, pendant qu'elle puisait de l'eau, elle se retrouva face à une vieille femme pauvrement vêtue : 
- "Donne-moi à boire, ma belle !"
- "Mais volontiers, Madame, voici mon seau ! Buvez !"
- "Puisque tu es si aimable, pour te remercier, je vais  te faire cadeau d'un don. A chaque mot que tu diras, sortiront de ta bouche, des fleurs, des perles et des pierres précieuses".

De retour chez elle, comme tous les jours, elle se fit houspiller.
- "Pourquoi as-tu mis si longtemps, paresseuse !"
-" Excusez-moi ma mère, mais... » 

Et roses, perles et diamants de pleuvoir.
Plus elle racontait sa rencontre et plus se répandaient dans la cuisine des fleurs, des perles et des pierres précieuses.

La mère ne souhaitant pas que l'ainée fût en reste, voulut qu'elle allât à la source, elle aussi, recevoir un don de la vieille.
- "Moi, chercher de l'eau ? Il n'en est pas question !"
- "C'est un ordre et c'est pour ton bien, va !"

La fille aînée prit une toute petite cruche et partit, de très mauvaise humeur.
 
Arrivée à la source, elle rencontra une dame très élégante qui semblait l'attendre.
- "Petite, donne-moi à boire."
- "Si vous avez soif, servez-vous donc toute seule à la source, je ne suis pas votre servante !"
- "Pour te punir de tes mauvaises manières, je vais te fais un don : désormais de ta bouche ne sortiront, quand tu parleras, que crapauds et serpents".

Crapauds et serpents envahirent la maison, à son retour...

La mère, furieuse, s'en prit à sa plus jeune fille et la chassa de la maison.

En s'éloignant, en larmes, elle rencontra le fils du Roi qui, ému par tant de beauté et de merveilles, l'emmena dans son palais et l'épousa.


La morale de cette histoire ?
Compter jusqu'à dix avant de parler...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire