dimanche 24 juin 2012

Si je fait des fôtes, sait graves ?


Remue-méninges : orthographe et syntaxe bancales, pensée boiteuse...

Pas un jour sans que, sur le Web, des catastrophes orthographiques ne nous écorchent l’œil : dans la presse quotidienne ou hebdomadaire, les blogs, les forums de discussion, les commentaires de lecteurs, etc.

Le désastre est en passe de devenir un phénomène de société. Un article sur le sujet, ici

Quelques exemples récents :
  • "L'indescence". (Indécence) 
  • "Il devient urgent de ce le procuré". (Se le procurer)  
  • "Les métamorphose s'accélèrent". (Métamorphoses) 
  • "Sur les démarches que l'on a mis en place". (Mises en place)   
  • "Les fais accomplis".(Les faits)  
  • "J'ai vue que c'été trop rapide, je lui est demander". (J'ai vu que c'était trop rapide, je lui ai demandé)
  • "À condition aussi qu'ils se soumettent à des procédures de sécurité qu’un Manuel Valls n’oserait pas même imaginé". (Imaginer)
  • "Mais il fait face à une volonté clairement affiché d'Obama et d'Hollande d'avancer sur les dossiers syriens et iraniens"...(Affichée)
    Ces deux dernières dans un hebdomadaire à grande diffusion...
    Où sont passés les correcteurs de presse ?

Une coquille peut toujours se glisser dans un texte. Mais il vaut mieux qu'un professionnel maîtrise une compétence de base.

Pour éviter au moins les énormités, nous pouvons :
  • Nous relire à l'aide d'un correcteur d'orthographe (celui de Word ou ceux, gratuits, qu'on peut trouver en ligne), ou bien nous faire relire.
  • En cas de doute, faire une recherche rapide sur Google.

Les codes sociaux existent. 
Même sans être conformistes, nous n'irions pas en tongs et pull troué à un entretien important.

Des fautes d'orthographe ou pire, de syntaxe, font pourtant le même effet qu'une tache de gras sur un vêtement...
L'important, c'est le message, pas le messager

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire