dimanche 15 avril 2012

La relation : semer la zizanie


Remue-méninges.
"Trickster",  tricheur ?

Le Diable n'existe pas.

Oh ! Que si...

Le "Diable" vient du latin diabolus, signifiant  "celui qui divise"  ou "qui désunit" . Il symbolise l'esprit du mal.

Son royaume est l'enfer dans les relations entre les hommes.

Par exemple :
  • C'est la pulsion qui nous met en situation inconfortable de conflit avec nous-même, nous pousse à réaliser un scénario négatif, à nous exposer inconsciemment au danger. C'est notre "ombre", notre part obscure, la "fatalité" de la tragédie grecque qui pousse les héros aveugles au bout de leur destin.
  • C'est, dans un groupe, le fait de la bonne copine qui se répand en médisances derrière notre dos, de celle ou de celui qui n'hésitera pas à faire un croc-en-jambe pour prendre notre place. C'est aussi le fait du manager qui divise pour régner, qui instaure un climat de guerre civile dans son unité, qui manipule et disqualifie pour augmenter son emprise.
  • Ce sont, dans un pays, les drames des communautés qui s'affrontent et se détruisent, naguère et peut-être encore demain, les conflits de religion.
  • C'est, bien sûr, entre des nations, la guerre, qu'elle soit économique ou idéologique. Ne donnons pas dans l'angélisme, les guerres ont sans doute existé depuis l'émergence d'Homo Sapiens (qui n'est peut-être pas aussi "Sapiens" qu'il veut bien le croire). Mais il est permis d'y voir le doigt de la division et d'essayer d'imaginer un monde où l'ambition d'étriper et d'anéantir gaillardement son prochain serait un peu moins omniprésente...

Le diable c'est celui qui fait défiler des vierges affriolantes sous le nez de Saint Antoine, pour le séduire, le détourner, à son profit, du chemin qu'il a pris. (Séduire vient du latin "seducere", qui signifie : détourner, à son propre avantage, l'autre de son chemin).

C'est celui qui dit "Adore-moi et je te donnerai le Monde".

C'est Tullius Détritus, qui sème des brouilles et des embrouilles dans le petit village gaulois d'Astérix.

C'est donc celui qui introduit la zizanie dans les relations, par opposition à la tendance à intégrer, relier et harmoniser les composantes psychologiques d'un individu ou à respecter les différences entre les êtres.

Le diable c'est celui qui "clive" (le Moi ou l'Objet).


Ce n'est pas par hasard si on l'appelle "le "malin" et s'il prend souvent le visage de celui qui triche, qui transgresse les interdits, qui ment, qui trompe, le filou astucieux, le Trickster


Plaignons-le : le diable n'est pas heureux.

Et entraînons-nous à le repérer et à lui ôter ses griffes, 
en nous et autour de nous...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire