dimanche 25 mars 2012

Communiquer : manipuler ?




Remue-méninges : la double contrainte.

La presse se fait écho d'un phénomène de société qui prend de l'ampleur : les manipulations destructrices des "pervers narcissiques" et le harcèlement moral qui conduit des salariés à des impasses vitales.

Quel est le ressort psychologique qui engendre autant de détresse ?

Pour les psychologues de l’école de Palo Alto les désordres mentaux peuvent être provoqués par des injonctions paradoxales, une double contrainte.

« Une double contrainte désigne l’ensemble de deux injonctions qui s’opposent mutuellement, augmentées d’une troisième contrainte qui empêche l’individu de sortir de cette situation. (...) La double contrainte exprime donc le fait d’être acculé à une situation impossible, où sortir de cette situation est également impossible. »

Un exemple :
Un homme avait baptisé son chien « Fous-Le-Camp ». Quand il l’appelait : « Viens-ici, Fous-Le-Camp !»,  il se demandait pourquoi l’animal, tous neurones court-circuités, se mettait à courir en rond après sa queue…

Un autre exemple :
- « Dites- moi non » 
Si je refuse de le faire, je vais répondre non.  Mais en disant non, j’obéis à l’injonction. Si j’obéis, ma réponse revient à dire oui. Mais si je dis oui, je désobéis au commandement. Si je désobéis, je dis non, mais en disant non, je dis oui.

C’est ici que la folie me gagne…

Ce pourrait être un gag.

C'est beaucoup plus grave car c'est le mécanisme qui 
est à la base de toutes les situations de manipulation, de disqualification, de harcèlement.

« Pile, je gagne et face tu perds. »

On pourrait multiplier les injonctions de ce genre : la plus emblématique est celle-ci : "soyez spontané". Que j'accepte ou que je refuse, il m'est impossible de l'être.

La double contrainte génère une situation à laquelle il ne peut y avoir de réponse logique. Il faut donc « penser autrement », être illogique et essayer de sortir de l’impasse, non par la folie ou par la dépression, mais par le rire ou l’humour... ou encore, la fuite !

C’est toujours la créativité qui permet de recadrer la situation.

Exemple de sortie de cadre créative :
Reliez les 9 points de la figure ci-dessous, à l'aide de 4 droites de longueur égale, sans jamais lever le crayon.
 

Impossible !
Cliquez sur "pour en savoir plus", pour lire la suite...

La solution : sortir du cadre, trois fois…




Par exemple, encore :
L’invention d’une jeune femme, pétillante de vivacité et de créativité :
- "Dites-moi non".
- "Noui"…


Par sa trouvaille, en passant par un chemin imprévu, elle échappe à la double contrainte.


Avez-vous vécu des situations semblables ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire