vendredi 16 mars 2012

Communiquer : ce que parler veut dire



Remue-méninges : je clive, tu clives, il clive...

Au fil du temps, les mots s'usent, s'affaiblissent, se vident de leur sens et nous ne les utilisons plus à bon escient, ce qui fausse nos échanges.

Ils ont pourtant un sens précis et l'usage que nous en faisons traduit (trahit ?) une représentation individuelle ou collective souvent peu consciente d'elle-même. 

Par exemple, en ce moment, impossible d'y échapper, à gauche, à droite, repris en chœur dans tous les médias, le nom "clivage", le verbe "cliver" reviennent nous obséder.


Quelle est leur signification exacte ?
  • En géologie : c'est la propriété des minéraux de se fendre le long de faces planes (plans de clivage).
  • Par extension : c'est une fracture (ou une rupture) dans un groupe ou dans une organisation.

Donc, "clivage", "il faut cliver", expressions qui envahissent l'espace public, ne sont pas des termes neutres, ni anodins.

Il ne s'agit pas simplement de confronter des idées. Il s'agit d'opposer le bon (soi-même) et le mauvais (l'autre), le vrai et le faux, le noir et le blanc, l'axe du mal et celui des preux chevaliers, l'Ange, ("vêtu de probité candide et de lin blanc") et le Diable (sulfureux et cause de tous les malheurs du monde).

Grâce à ce mode de raisonnement, il est possible de compter jusqu'à deux. Au delà de deux, c'est... beaucoup.

Arithmétique élémentaire qui permet  d'éliminer allègrement la complexité perturbatrice de l'être humain et de vivre en paix dans un monde ordonné, sans ambivalence ni doutes, où chaque chose reste définitivement à la place qui lui revient de toute éternité.

Peut-être aussi d'éliminer l'humain, ce fauteur de troubles ?

Pour bien  travailler, un bon menuisier a besoin d'outils : une équerre, un compas, un trusquin, un mètre pliant, différentes scies, des marteaux, des râpes, des tenailles et des clous, des ciseaux à bois, un rabot etc.

Pour raisonner et communiquer correctement, il nous faut aussi une boite à outils de mots, nous en servir avec précision et ne pas rester dans l'à-peu-près et l'approximation.


N'utilisons pas "cliver", 
sauf pour parler de psychopathologie ou de minéralogie.

Pour indiquer des divergences d'opinion, servons nous plutôt des expressions :

"marquer ses différences, 
se séparer, 
se différencier, 
s'opposer, 
se confronter, 
particulariser, 
diverger, 
refuser, 
réfuter, 
s'affronter, 
s'élever contre, 
rejeter"...

 "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément"


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire